Conseil

Par Louis Thomas Federspiel | publié le 03-11-2023 à 17:00

Zoom sur le poêle de masse

On l’appelle aussi poêle à restitution lente de chaleur, mais de quoi s’agit-il ? Comme son nom l’indique, ce poêle à bois se distingue par sa taille et son poids, mais aussi par sa capacité à diffuser une chaleur douce et enveloppante plusieurs heures après l’extinction du foyer. Dans quel logement l’installer et comment l’utiliser ? Voici nos réponses.

Le point sur les aides à la rénovation énergétique en 2023
Zoom sur le poêle de masse
Le poêle de masse, ici de marque Mélèze, n’est pas seulement un mode de chauffage au bois performant, ce peut être aussi un bel élément de décoration.

Un poêle de masse se distingue par la présence d’un circuit interne destiné à capter la chaleur de la fumée avant son évacuation. Cette architecture permet de réchauffer une masse d’accumulation qui restitue ensuite la chaleur longtemps après l’extinction du feu. Pour être capable de bien stocker la chaleur avant de la libérer en douceur, le poêle de masse a recours à divers matériaux accumulateurs. Il peut s’agir de pierre ollaire, de brique réfractaire, de faïence, de stéatite, de terre crue ou encore de béton réfractaire.

Les avantages d’un tel mode de chauffage sont nombreux : il fonctionne par rayonnement, sans électricité et offre un excellent rendement. Des vertus qui lui permettent d’être éligible aux aides de l’État. Autant de raisons d’apprendre à mieux connaître le poêle de masse.

Le poêle de masse, un chauffage authentique…

En circulant à l’intérieur du poêle, la fumée transmet sa chaleur à la masse d’accumulation du poêle. La fumée rejetée est ainsi sensiblement plus froide que celle émise par d’autres appareils de chauffage, mais elle est encore assez chaude pour pouvoir s’échapper sans ventilation (tirage naturel). C’est là une autre caractéristique du poêle de masse : il fonctionne sans dispositif électrique ou électronique, difficile de faire plus traditionnel ! La captation et la diffusion lente de la chaleur est rendue possible par l’utilisation des matériaux accumulateurs évoqués plus haut, mais ces derniers ne sont pas exclusifs au poêle de masse, certains poêles à bois ou à granulés de bois peuvent aussi y recourir. Cela dit, la ressemblance s’arrête là puisque leurs performances en matière de rayonnement et de restitution de la chaleur sont bien inférieures : seuls les poêles de masse disposent d'une chambre de combustion en maçonnerie réfractaire. Gare à la confusion !

mais un fonctionnement à appréhender

Le poêle de masse fonctionne en deux temps. D’abord, une flambée importante avec la combustion rapide du bois. Cette forte puissance de combustion permet des émissions de CO2 et de particules fines parmi les plus basses des différents modes de chauffage au bois. Cette qualité de combustion permet aussi d’atteindre un rendement élevé comparable à ceux des poêles à granulés. Plus la quantité de bois brûlé est importante, plus les kilowatts produits seront nombreux et plus la durée de restitution de la chaleur pourra s’étirer. Cette diffusion lente de la chaleur suppose une chaleur modérée. À l’inverse, une restitution plus rapide procure une chaleur plus forte. Il faut donc être attentif à la courbe de restitution de la chaleur qui est déterminée par la construction du poêle, l’architecture des conduits de fumée, le matériau utilisé, la taille du four… et son poids. Au moment de choisir son poêle de masse, il convient d’avoir bien en tête tous ces paramètres et notamment le rapport la puissance de combustion (relative à la quantité de bois brûlé) et la puissance restituée.

Le poêle de masse, pour quel logement ?

La conception particulière du poêle de masse le rend très lourd, de 600 kg à 4 tonnes, ce qui nous conduit à une première limitation : il doit être installé sur un sol capable de supporter son poids. Par exemple, pour l'installation sur un parquet, le recours à une plaque de protection en acier permet de répartir la charge du poêle. Autre contrainte : il doit être positionné autant que possible au centre du logement. Et si ce logement est trop grand au regard des capacités du poêle, le rayonnement peinera à atteindre les pièces les plus éloignées qui resteront froides. En revanche, le poêle de masse convient très bien aux logements avec de grandes hauteurs sous plafond et assure dans un tel cadre une belle homogénéité de la chaleur, ce que d’autres modes de chauffage ne peuvent garantir.

Le poêle de masse diffuse lentement une chaleur douce et enveloppante très confortable. Les témoignages des utilisateurs sont généralement très positifs à ce sujet, mais il y a quelques limites : la chaleur étant douce, ce mode de chauffage convient mieux à des maisons bien isolées avec une forte inertie (l’inertie thermique d’un bâtiment étant sa capacité à résister aux variations de température extérieure : plus cette inertie est élevée, plus le bâtiment mettra du temps à se refroidir en hiver et à se réchauffer en été). Par ailleurs, la logique de fonctionnement même du poêle de masse fait qu’il est difficile de faire varier la diffusion de la chaleur en fonction des besoins. Par exemple, si votre maison est exposée à un ensoleillement important (et plus encore si son inertie est faible), le besoin de chauffage pourra être réduit à certains moments de la journée sans qu’il soit forcément possible d’agir sur la diffusion de la chaleur émise par le poêle de masse. À noter toutefois qu’il existe un système programmable de rideaux occultants qui est un pis-aller intéressant permettant de faire varier la diffusion de la chaleur en fonction des besoins… Si la pertinence technique de ce dispositif est discutée, il permet au moins d’envisager le poêle de masse comme mode de chauffage principal d’un logement neuf. Pour ces derniers, la réglementation impose en effet une régulation automatique en fonction de la température intérieure.

Des habitudes à prendre

En termes d’usage, il faut généralement charger le foyer une à deux fois par jour (typiquement, le matin et le soir). Cette manutention impose un minimum de présence et de disponibilité, ce qui peut avoir son charme, mais il est évident que nous sommes loin d’un chauffage commandable à distance par smartphone. C’est le plaisir de l’authenticité avec un avantage non négligeable : en cas de coupure d'électricité, votre logement sera toujours chauffé… Et cerise sur le gâteau, les poêles de masse qui proposent l'agrément d'un four intégré ne sont pas rares.

Le point sur les aides à la rénovation énergétique en 2023