Enquête

Par Louis Thomas Federspiel | publié le 05-02-2024 à 22:48

MaPrimeRénov’ et le choix d’un professionnel : c’est pourtant facile de ne pas se tromper !

À la suite de notre dernier article sur les évolutions de MaPrimeRénov’ pour 2024, nous avons jugé important d’aborder la question du choix de l’entrepreneur. Profiter de MaPrimeRénov’ pour engager la rénovation globale de son logement, c’est bien, mais choisir la bonne entreprise pour réaliser les travaux, c’est mieux, et l’on peut faire les deux !

Le point sur les aides à la rénovation énergétique en 2023
MaPrimeRénov’ et le choix d’un professionnel : c’est pourtant facile de ne pas se tromper !
Choisir un artisan implanté localement, qui a pignon sur rue et bénéficie d’une bonne réputation, c’est l’assurance d’avoir un interlocuteur en cas de problème.

L’ambition des pouvoirs publics en matière de rénovation énergétique se traduit une augmentation spectaculaire du budget consacré au dispositif MaPrimeRénov’. Pour 2024, on annonçait d’abord 4 milliards, puis 5 milliards à l’automne dernier et enfin 6 milliards aujourd’hui. Bien évidemment, avec cette avalanche d’argent public, beaucoup d’entreprises opportunistes n’ont pas tardé à manifester leur intérêt soudain pour la rénovation énergétique. Certaines sont très en vue grâce aux spots publicitaires qu’elles font diffuser sur les chaînes nationales aux heures de grande écoute. Mais quid du choix de leurs sous-traitants, de leurs compétences et de leur capacité à assurer entretien et SAV ?

Plaidoyer pour l’artisanat

Nous avons eu l’occasion d’aborder ces questions avec Claude D., nouveau membre du Réseau Proéco Energies implanté depuis une vingtaine d’années en Haute-Vienne. Malheureusement, son récit est semblable à beaucoup d’autres. Après être intervenu chez un client qui avait été conseillé par une grande entreprise parisienne spécialisée en travaux de rénovation énergétique pour les particuliers, il n’a pu que constater l’étendue des dégâts. Le client avait été convaincu par la notoriété de l’entreprise en question et par son discours rodé sur sa gestion des demandes d’aides à la rénovation. « Il s’agissait de l’installation d’une pompe à chaleur air/eau en chauffage seul. Elle avait été correctement dimensionnée, mais très mal installée et mal réglée. Aucune des recommandations du fabricant n’avait été respectée et la pompe à chaleur était très bruyante du fait de sa fixation au mur. À l’intérieur, on avait un ballon thermodynamique qui n’était pas branché sur le plan aéraulique : pas d’évacuation de l’air froid. Au moins quelques radiateurs haute température auraient dû être remplacés par des modèles basse température pour permettre à la pompe à chaleur d’avoir une température de travail convenable, ce qui n’a pas été fait. Tout était de travers avec une importante surconsommation comme résultat. » Le client a reconnu avoir été séduit par un bel argumentaire, mais l’équipe de sous-traitants qui s’est présentée chez lui était loin d’avoir les compétences requises. « Un contrôle Qualibat sur une telle installation n’aurait jamais pu passer ! Ce sont de pures entreprises commerciales qui soignent la communication vers le consommateur pour le rassurer, le convaincre et faire des chantiers en masse, lesquels sont ensuite gérés à bas coûts et à toute vitesse par des travailleurs immigrés aux compétences invérifiables qui n’assumeront jamais le SAV. »

Le piège du prix

De tels récits n’ont malheureusement rien d’exceptionnel. Les artisans du Réseau Proéco Energies, mais aussi ceux que nous croisons sur les salons ou les communications de la CAPEB (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) s’en font régulièrement l’écho. D’ailleurs, Claude poursuit : « Ce genre de situation n’est pas rare ! Je pense aussi à l'installation d’une unité extérieure dans une cour où l’air ne circulait pas bien, ce qui grevait complètement les performances de la pompe à chaleur et empêchait le logement d’être chauffé correctement. Là encore, les préconisations du fabricant n’avaient pas du tout été respectées. Moralité : il faut se méfier des devis trop attractifs. »

On s’en doute, le piège d’un prix accrocheur est sans doute le premier qui guette le consommateur, mais il faut insister sur un autre point : les artisans aussi sont capables de gérer les demandes d’aide de leurs clients ! Certes, la gestion des parcours d’aide est une procédure administrative stricte et complexe peu appréciée des artisans, mais nombreux sont ceux qui sont structurés pour y faire face, avec un service administratif ou une secrétaire rompue à cet exercice, et des partenaires spécialisés comme Abokine ou Laurie Habitat.

Le consommateur, une proie facile

Claude y voit un motif de désorientation des consommateurs : « Pour certains clients, il suffit que le logo EDF soit mis en avant sur un devis et ils sont aussitôt en confiance. EDF gère les CEE (Certificats d’économie d’énergie) et certains entrepreneurs s’offrent ainsi à bon compte une crédibilité dans l’esprit du public. Il faut reconnaître que tout ce mécanisme est déjà compliqué pour les professionnels, alors on peut comprendre que les particuliers s’y perdent. Pour montrer au client que l’on est en mesure de gérer les parcours d’aides, la bonne pratique commerciale consiste tout simplement à lui présenter un devis diminué du montant des aides à prévoir. Les choses sont ainsi plus concrètes pour lui et il est rassuré. Ce n'est pas un détail anodin. »

Travailler sur ces aspects est désormais inévitable pour les artisans. Il faut s’intéresser à la psychologie du consommateur faute de quoi on peut rapidement se faire supplanter par de grands groupes qui sont structurés pour faire du marketing à grande échelle et sont très agressifs commercialement.

Choisissez local !

Au contraire, choisir un artisan implanté localement, que l’on sait où trouver, et qui bénéficie d’une réputation, c’est l’assurance de savoir à qui l’on s’adresse et celle d’avoir un interlocuteur en cas de difficulté, ou tout simplement au moment de l’entretien ou du dépannage. C’est encore plus vrai si vous choisissez un artisan du Réseau Proéco Energies avec la consultation de ses chantiers dûment documentés (texte et photos) et de ses avis clients. C’est pourtant facile de ne pas se tromper.

Le point sur les aides à la rénovation énergétique en 2023